Moussu Moueinié èro curat de Marofougasso ;
e, tout lou franc Diéu dou jou, fahié que badaia.
De fèt, se badaiavo pa, que farié, siéuplèt, un curât de Marofougasso ?

Uno fes, pamens, aquéu brave ome de curat,
qu'èro jamai sourti de soun trau, ané jusqu'à Marseiho.
Siègué spanta quand vegué la mar, tant longo e tant larjo ; mai resté candi,
en viant d'ome que se tenien su l'aigo coumo de peissoun.

Demandé ce qu'èro ; li respounderon qu'èro de nedaire.
Desempièi, Moussu Moueinié pantaié plu qu'aigo e nedaire.
Mai lou mouien d'aprendre à neda à Marofougasso ?
l'endret lou pu secous que siègue en Fourcouqueirés !

Un matin, barjavo d'acô èro soun bouon parla
em' un de ses paroussian, ancian matelot,
e souinissié en se plagnènt de pa pousqué appren­dre à neda, fauto d'aigo.
Mai, li fagué lou vièi marin, qu'èro un galejaire,
es pa necit d'agué d'aigo par acô faire ;
un letru coumo voui, Moussu lou curat, déurié lou saupre.

Que dièi ? fe lou capelan, en durbènt d'ueus coumo lou pung.
Dieu qu'es pa de crèire qu'aguei jamai vist acô dedins vouostei libre.
Jamai ! te l'afourtissou.
Acô m'estouno.
Anen, vouoi rire, quand parlei d'aprendre à neda sènso aigo ?

Nani, de tout segur.
E bè, veguen, que fau faire ?
Rèn de pus eisa; veici :
Metès tres ou qua­tre pan de nosei dins uno chambro,
voui li alounguèi dessu, li estarpèi dedins, e dins aquélei noses,
outant mouvadisso que l'aigo, aprendrés à neda coumo dins uno resclavo.

Oi, quanunto ! de segur ?
La verita ! N'en counéissou abord qu'an gi fa d'autre aprentissàgi,
et que nèdon coumo de marlusso.
Lou vièi marin avié pa 'nca rira lou cantoun de la carriero,
que lou curât entravo à clastro en cridènt :
« Rousoun ? Rousoun ?»
Que li a par vouoste sarvici, Moussu ? respoundé la chambrièro.
Li a, que fau prendre de sa ; e t'enanaras dins Marofougasso
acampa toutei lei noses qu'atrouvaras.
Lei viéujaras ou sou dins la chambro dou segound.

Mai...Moussu lou curat, se siéu pa trop curiouso,
que pouai vougué faire de tant de noses ?
Acô t'arregardo pa ! Fai ce que te diéu.
E la Rousoun parté, sènso rebeca,
ce que se ves pa souvent encô dei sarvicialo de clastro.
L'endeman, li avié très pan de nosei dins la charnbro.
Alor, Moussu lou curat, en jun, de pou d'aganta uno endegestien,
mounté, poussé la pouorto, se meté 'n coustumo de nadaire,
se traié su lei noses, e vague travaia dei bras et des cambo.

Pensèi lou trin qu'acô fahié dins l'oustau.La chambriero, touto espauta,
mouonto les escarié à cha quatre, duerbe la pouorto...
En viant soun mèstre dins aquel acoutrimen,
arpatejant coumo uno granouio,
crei qu'a pardu la tèsto e pousse un bram d'espetacle.
Ah ! m'alurouo !
li fai lou curat, teiso-te,
qu'ienca'n pau me fahiei nega.

A. J. Roumaniho.

Retour haut de page