Connaître les Enfants du Pays...

 

Madame Waton de Ferry.
( 1885 - 1956)

Oraison funèbre par P.Pons
Majoral du Félibrige.

Au mois de mars dernier , nous avons appris avec une grande tristesse la nouvelle du décès
de Mame Waton de Ferry, "Maitresso en gai Sabé " du Félibrige et membre de notre Conseil d'Administration.

Madame Waton de Ferry était la fille d'un principal du Collège de Barcelonnette (1) et toute jeune elle se passionnait pour tout ce qui fait l'originalité de la "La Valèia "; et d'abord pour le parler sonore et truculent des bords de l'Ubaye.
C'est à Barcelonnette qu'elle a grandi et que son âme s'est ouverte à la poésie.

Plus tard, son mari, ingénieur des Chemins de Fer ayant changé de poste, elle est venue habiter Chorges et toute sa vie, elle est restée très attachée à la Cité Caturige que dominent les aiguilles de Chabrières.
Sa bonté, son entrain, sa simplicité toujours souriante firent naître autour d'elle une symapthie et bientôt une affection unanime.

Dès 1931 , enthousiasmée par le mouvement lancé dans le haut pays par le regretté Marcel Provence , elle fondait à Barcelonnette , avec le concours de personnes dévouées, "L'Escola de la Valèia " qui porta les couleurs et l'entrain des gens de la Vallée dans les grandes villes de France et jusqu'à Barcelone.

Mais elle savait, suivant en cela la leçon de Mistral, que la langue est la tradition maîtresse, sans laquelle toutes les autres traditions sont mortes, et son coeur débordant de poésie s'exprimait dans la langue de son enfance et de ses aïeux.
Successivement elle publiait , après l'avoir fait jouer , la "Pastourale de la Valèia ", "Las cantilenas de l'Ubaia ";
mais son oeuvre maîtresse c'est;

"Benoita "

véritable épopée rustique dont la trame est la vie de la bergère du Laus.
Cette grande oeuvre a été presque complètement composée à Chorges; passionnée pour l'attachante figure de
"Benoita "
Madame Waton de Ferry, en racontant sa vie, en des strophes animées d'un souffle puissant et soutenu, a su évoquer et magnifier la vie de notre pays montagnard au rythme éternel des saisons.
Madame Waton Jouvent, fille de notre poétesse, a illustré cet ouvrage avec goût et discrétion.

L'oeuvre de Madame Waton, appréciée dès le début par ses amis et par les esprits cultivés du pays montagnard, commence à porter la renommée de son; auteur bien au delà de nos départements alpins et nous pouvons dire que cette renommée ira grandissante à mesure que ses poèmes seront connus d'un public plus large, grâce au dévouement de ses amis.

C'est à Barcelonnette que Madame Waton a voulu reposer.
A ses obsèques , conduites par le fanion et les membres en costumes de; "L'Escola de la Valèia ", une assistance nombreuse est venue apporter à la regrettée; " Cabiscola" un salut affectueux et attristé.
Aux côtés de la famille et des personnalités de la Vallée , M. Arnaud , Vice-Syndic de la Haute-Provence , exprimait :
le salut du Félibrige, des Escolo " de Bleuno " et de la Mountagno "
Monsieur l'Abbé Jacques, Curé de Chorges et fils de la Vallée, représentait la Société d'Etudes des Hautes-Alpes.

Notre Société d'Etudes était toujours heureuse d'accueillir dans son bulletin les poésies de Madame Waton de Ferry, et notre président, en des termes émus, a salué dans la presse régionale celle dont l'oeuvre honore le pays gavot et apporte à la Renaissance provençale une contribution de haute valeur.



(1) Baptistin de Ferry, humaniste provençal, contemporain de Roumanille, Aubanel et Mistral.
retour au texte

Retour haut de page

Histoire d'Allos